Comment protéger notre contenu du plagiat ou de l'appropriation par d'autres personnes ?

Avec l'optionpercheLe contenu des réseaux sociaux a augmenté de façon exponentielle, notamment avec l'émergence des fameux "réseaux sociaux". influenceurs

Même si nous ne sommes pas impliqués dans les médias sociaux, notre contenu doit être protégé du plagiat et de l'appropriation par des tiers

Mais comment la protéger ? 

ENREGISTREMENT DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 

Une première option consiste à enregistrer notre création dans la base de données Registre de la propriété intellectuelle, bien que cela puisse ne pas être réalisable dans certains cascomme l'enregistrement de tous les tweets que nous avons publiés. 

Cette inscription n'est pas obligatoire, mais facultativedepuis l'Espagne la reconnaissance de la qualité d'auteur de l'œuvre est automatique du seul fait de la création de l'œuvre

Ainsi, une fois notre œuvre créée et publiée, nous en sommes déjà les auteurs, mais nous ne sommes pas les seuls. leur enregistrement offre une protection contre les tiers, car leur utilisation nécessite notre consentement ou notre autorisation

Toutefois, dans de tels cas, nous devons parler de format, et non de contenu en soi. Par format, il faut entendre, par exemple, une illustration, un code source ou un texte spécifique. 

Par conséquent, si nous souhaitons enregistrer notre création, nous devons être très attentifs à ce que nous voulons enregistrer, en veillant à ce que ce soit dans un format.

LES LICENCES EN LIGNE : COPYRIGHT Y COPYLEFT 

Une autre option vers laquelle nous pouvons nous tourner sont les licences en ligne, en particulier, les licences pour copyright

Cette option peut est la meilleure en ce qui concerne les œuvres numériques et génère également la nécessité d'un consentement ou d'une autorisation de la part de l'auteur.

En outre, nous pouvons également ne réserver qu'une partie de ces droits d'auteur, au moyen de l'option gauche d'auteur

Les œuvres qui peuvent être utilisées librement, mais avec la mention de l'auteur ou sans obtenir d'avantages économiques, constituent un exemple clair de réservation partielle. 

Par conséquent, ces deux solutions constituent une autre option pour protéger nos œuvres et leur contenu, à savoir plus polyvalent et adaptable que l'enregistrement physique et permettant la même protection

L'ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (OMPI) 

Enfin, et selon le cas, un autre choix pourrait être de le certificat de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI)

Actuellement, cette entité dispose d'une service en ligne appelé Wipo Proofqui génère une empreinte digitale numérique par horodatage

Cette empreinte prouve sans l'ombre d'un doute que un document ou un contenu spécifique a été créé à un moment donné

Il détruit donc toute intention de plagiat, en particulier dans les cas où le produit n'est pas encore public, puisqu'il démontre qui a été le premier à créer un tel produit

Toutefois, contrairement aux deux premières options, ce certificat est destiné à démontrer une situation spécifique, à savoir la création d'un tel produit dans un délai précis, mais ne confère en soi aucun droit d'auteur

Néanmoins, il s'agit d'une bonne preuve documentaire dans le cadre d'une procédure judiciaire pour plagiat éventuel, mais cela ne limite pas son utilisation possible par des tiers. 

Nous voyons donc ici trois alternatives qui, selon le cas, peuvent s'avérer extrêmement utiles pour protéger nos contenus, publications, produits et œuvres. Laquelle choisiriez-vous ? 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrançais
Immédiatement en ligne

Et choisissez le contenu négatif que vous souhaitez supprimer

Chat ouvert
Besoin d'aide ?
Bonjour 👋
Comment pouvons-nous vous aider ?