Le droit à l'honneur des personnes morales

Le droit à l'honneur des personnes physiques ne faisait aucun doute, mais ces dernières années, le nombre de personnes morales et de travailleurs indépendants a augmenté de manière exponentielle, les plus importants étant les suivants les principaux acteurs de notre marchéCela a conduit à la nécessité d'étendre la protection du droit à l'honneur aux personnes morales et aux travailleurs indépendants. 

Cette protection se fonde à la fois sur l'article 18 de la Constitution espagnole et sur l'article 1er de la loi organique 1/1982, du 5 mai 1982, relative à la protection civile du droit à l'honneur, à l'intimité personnelle et familiale et à l'image de soi, qui ne fait aucune distinction entre les personnes physiques et les personnes morales, la protection du droit à l'honneur devant s'appliquer aux unes comme aux autres. 

De même, notre jurisprudence et notre doctrine n'ont eu aucun mal à reconnaître le droit à l'honneur des personnes morales, étant entendu que ni la constitution espagnole ni la loi organique 1/1982 n'exigent que les atteintes au droit à l'honneur soient individualisées. En fait, ils se sont limités non seulement à reconnaître et à établir une base juridique à cet égard, mais aussi à préciser quels comportements sont considérés comme portant atteinte au droit à l'honneur dans le cas des personnes morales ou des travailleurs indépendants. 

La réputation, la notoriété et le prestige sont les éléments protégés par le droit à l'honneur.

À cet égard, de nombreux arrêts, tant de la Cour constitutionnelle que de la Cour suprême, ont établi que les comportements qui portent atteinte à la réputation, à la notoriété et au prestige de la personne morale sont préjudiciables au droit à l'honneur, car ils peuvent causer un préjudice financier important et susciter la méfiance de clients ou de fournisseurs potentiels. et tout autre type de rejet sur le marché qui est impliqué

Toutefois, en ce qui concerne l'éventuelle perte pécuniaire subie, les deux juridictions s'accordent à dire que il n'y a pas d'obligation de prouver la perteIl suffit d'établir l'existence d'une atteinte illicite à l'honneur de la personne morale, c'est-à-dire l'existence d'un comportement qui a entraîné et qui porte atteinte au droit à l'honneur de la personne morale. 

Le droit à l'honneur s'applique également aux commentaires, avis ou critiques au contenu offensant ou diffamatoire.

D'autre part, l'augmentation de l'utilisation des médias informatiques et d'Internet a conduit à l'émergence d'une nouvelle forme d'atteinte au droit à l'honneur, consistant en la publication et l'exposition de commentaires, d'opinions et de critiques. Ces expériences aident les futurs clients à faire confiance aux services offerts par l'entité juridique en question, mais il ne faut pas oublier que, dans ce type de situation, toutes les expériences ne sont pas réelles et ne proviennent pas de personnes qui ont été des clients, et qu'elles peuvent provenir de la concurrence elle-même. 

En conséquence de ce qui précède, ce type de comportement a été analysé et étudié par nos tribunaux, étant considéré comme préjudiciable au droit à l'honneur de la personne morale lorsqu'il s'agit de les commentaires dont le contenu est repoussant ou dégradant, offensant, diffamatoire ou insultant, ainsi que lorsqu'ils discréditent ou dénigrent clairement les personnes concernées.

Cependant, on peut penser que ce type de commentaire est protégé par la liberté d'expression, mais en réalité, il est loin d'être l'objet de la protection de cette liberté, surtout s'il contient des insultes, des mensonges ou des expressions qui visent à générer la perte de clients. Ce que la liberté d'expression cherche à protéger n'est autre que l'éventuelle critique constructive, celle qui, bien que négative, exprime une expérience personnelle d'un point de vue respectueux.

Par conséquent, tout commentaire, opinion ou critique qui s'écarte du concept de critique constructive sera considéré comme nuisible et préjudiciable au droit à l'honneur de la personne morale. 

En résumé, toute personne morale a droit à l'honneur, qui doit être protégé contre les commentaires ou publications nuisibles, offensants et diffamatoires, car la réputation, la notoriété et le prestige de la personne morale sont les éléments qui génèrent une confiance suffisante et déterminent les futurs clients à l'égard d'un éventuel contrat de ses services. 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrançais
Immédiatement en ligne

Et choisissez le contenu négatif que vous souhaitez supprimer

Chat ouvert
Besoin d'aide ?
Bonjour 👋
Comment pouvons-nous vous aider ?