L'inscription d'entreprises dans les fichiers de recouvrement de créances peut-elle porter atteinte au droit à l'honneur ?

Comme nous l'avons déjà commenté dans blogs précédentsDans le cas des personnes morales, le droit à l'honneur est également reconnu, mais avec une intensité différente de celle des personnes physiques. 

Bien, un jugement récent a établi que l'inclusion dans un fichier de recouvrement de créances constituait une violation manifeste du droit à l'honneur de l'entreprise concernée.

En l'occurrence, une société de crédit-bail a été inscrite au registre de l'ASNEF EMPRESAS.L'enregistrement a été effectué par une deuxième société. 

Ainsi, la société de crédit-bail a tenté à plusieurs reprises de rectifier les inscriptionsmais l'autre entreprise ne lui a jamais permis de le faire en ne répondant à aucun moment. 

Le comportement de la seconde société a été déterminant pour que le cinquième tribunal de première instance d'Orense considère qu'il s'agissait d'une violation manifeste du droit à l'honneur. 

A cet égard, le juge a estimé que les annotations faites pendant un an étaient irrecevables. 

Cependant, Pour déclarer ce type d'annotations irrecevables, l'entreprise concernée est tenue de faire la réclamation correspondante au motif que la dette n'est pas justifiée ou qu'elle découle d'un litige commercial ou d'un différend commercial. 

Plus précisément, dans le cas présent, La dette est née d'un litige commercial avec un fournisseur de l'entreprise elle-même, qui était chargé d'enregistrer la société de leasing, et ce type de comportement est punissable et donne lieu à une indemnisation pour les dommages causés.

Par conséquent, ce fait, ainsi que le mépris des tentatives de la société de crédit-bail pour remédier à la situation, ont été déterminants pour la décision de la Commission. Le Tribunal de première instance a estimé que ces annotations étaient irrecevables pour établir une violation du droit à l'honneur de la société de leasing et même une mauvaise foi procédurale. 

En fin de compte, la Cour a opté pour la solution suivante condamner la société à retirer les enregistrements, à accorder la même publicité qu'aux créances et à payer les frais pour mauvaise foi dans la procédure, outre des dommages-intérêts de 15 000 euros par an.

Par conséquent, le droit à l'honneur d'une entreprise peut être atteint non seulement par des commentaires et des publications préjudiciables, mais aussi en raison d'une inclusion indue dans des dossiers de recouvrement de créances existants, et la partie concernée peut obtenir une indemnisation substantielle à la suite de ce type de pratiques et de comportements. 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrançais
Immédiatement en ligne

Et choisissez le contenu négatif que vous souhaitez supprimer

Chat ouvert
Besoin d'aide ?
Bonjour 👋
Comment pouvons-nous vous aider ?